Tenir une permanence juridique


Tenir des permanences juridiques nécessite d'avoir quelques notions en droit, mais surtout le sens de l'écoute. La preuve en 5 questions/réponses.

Qui organise des permanences juridiques ?

Les permanences juridiques peuvent être organisées aussi bien par les structures interprofessionnelles (souvent les unions départementales ou locales) que par les syndicats pour les travailleurs/adhérents de leur branche professionnelle, ou par les sections pour les travailleurs de leur entreprise ou administration.

En revanche, toutes les structures CFDT n'organisent pas forcément des permanences : soit elles ne disposent pas de locaux accueillir les travailleurs dans de bonnes conditions, soit elles n'en ont pas les moyens humains, soit il n'y pas de demandes (dans ce cas, lorsqu'il y a une demande, une rencontre est organisée lors d'un rendez-vous).

Comment se déroulent les permanences juridiques ?

Il est difficile de généraliser puisque cela dépend des lieux, des horaires, etc. En principe, la structure communique des horaires fixes hebdomadaires à ses adhérents ou aux travailleurs du territoire et/ou du secteur professionnel qui se déplacent. Elle peut aussi faire le choix de ne proposer des permanences que sur rendez-vous. Avec la crise sanitaire, des permanences juridiques sont aussi organisées en visio.

Lors d'un rendez-vous, les travailleurs exposent les raisons de leur venue : risque de licenciement, questions liées aux congés, lecture de bulletin de paie... Si le militant qui tient la permanence peut lui répondre, il le fait. Sinon, il recontacte le travailleur après avoir cherché la réponse. Les militants ont souvent de premiers éléments de réponse à apporter lors du rendez-vous, car les sujets reviennent souvent : problématiques relationnelles avec l'employeur, questions de droits.

Faut-il des compétences en droit du travail pour tenir une permanence ?

Il faut surtout le sens de l'écoute et la capacité d'identifier la question ou le problème. Les travailleurs qui s'adressent à la CFDT attendent de l'empathie et du professionnalisme. Mais ils savent aussi à qui ils s'adressent : des militants syndicaux ! Ils n'exigent pas une réponse dans la minute : vous n'êtes pas avocat ni juriste (et il ne s'agit pas de faire semblant de l'être). Vous pourrez apporter les réponses dans un second temps si elles nécessitent des recherches ou des conseils. Les travailleurs le comprennent parfaitement, et sont souvent déjà très heureux d'avoir été écoutés.

Par ailleurs, au fur et à mesure des échanges avec les travailleurs et les militants, vous développerez de solides connaissances. C'est aussi ça l'éducation populaire !

Comment faire si je veux me lancer ?

Pour tenir des permanences, il faut donc de l'empathie et un peu de temps. La permanence peut se tenir dans votre entreprise (rapprochez-vous de votre section pour cela), dans votre syndicat ou dans une structure de proximité. Dans tous les cas, faites la demande à votre syndicat. Si vous ne trouvez pas ses coordonnées, vous pouvez passer par le formulaire de contact de ce site, nous vous mettrons en lien.

Notez que la CFDT propose des formations spécifiques pour tenir des permanences. Dans tous les cas, vous serez accompagné pour les premières et vous aurez toujours des personnes ressources pour les suivantes. La CFDT est une grande maison où la solidarité n'est pas qu'un mot !

Au fait, c'est bien de tenir une permanence ?

Si vous avez le goût des autres et un peu de temps pour vous impliquer à la CFDT en aidant les travailleurs, c'est ce qu'il vous faut ! Les permanences sont des moments de rencontres, souvent humainement très riches, qui vous offrent la satisfaction d'être utile : il n'y a rien de tel que de recevoir le message de remerciements d'une personne qu'on a aidée. Donc, oui, c'est bien de tenir une permanence !